AccueilCritiques rédigées par Isa B.

S'abonner au flux RSS dans une nouvelle fenêtre
Critiques rédigées par Isa B.

 

Anthem of the peaceful army (Greta Van Fleet)

note: 4Anthem of the peaceful army / Greta Van Fleet Isa B. - 4 juillet 2019

Greta Van Fleet est un mélange de Led Zeppelin, Yes, Toto. Jusque là, on pourrait se dire que ce n'est qu'un album de plus de revival. En fait, ce qui frappe d'entrée, c'est la voix du chanteur, Josh Kiszka, qui ressemble fortement à celle de Robert Plant. Ensuite, lorsque l'on sait que ni les trois frères Kiszka, ni le batteur n'ont encore atteint leurs 25 ans, il apparaît évident que ce quatuor américain a de sacrées inspirations et beaucoup de talent.

Boarding house reach (Jack White)

note: 4Boarding house / Jack White Isa B. - 4 juillet 2019

Que dire d'un nouvel opus de Jack White si ce n'est qu'il faut se précipiter pour l'écouter car on ne sera pas déçu ?
Qu'il sorte un album solo, un album des Raconteurs ou de White Stripes, Jack White est un des musiciens les plus créatifs et talentueux des dernières vingt années.

What a time to be alive (Tom Walker)

note: 3What a time to be alive / Tom Walker Isa B. - 4 juillet 2019

Ce songwriter écossais à la voix originale et extraordinaire s'inscrit dans la lignée d'Ed Sheeran, George Ezra ou Rag'n'Bone Man et semble en route pour la gloire. Un album à écouter sans modération

Social cues (Cage The Elephant)

note: 4Social cues / Cage The Elephant Isa B. - 4 juillet 2019

Un excellent album d'indie-rock, le cinquième de ces américains originaires du Kentucky. Cage the Elephant a reçu un Grammy award en 2016 et continue son ascension vers le sommet avec ce nouvel opus très diversifié et abouti.

This land (Gary Clark Jr)

note: 4This land / Gary Clark Jr Isa B. - 4 juillet 2019

« This land » est le cinquième album du bluesman texan de génie.
Il nous offre ici un blues-rock teinté de sons roots, country-folk, dub, soul et même garage-rock.
Avec une guitare très présente ponctuant ou soulignant un phrasé blues, soul, et rap, Gary Clark Jr exprime sa colère et affirme son identité et patrimoine, comme bon nombre d’artistes noirs américains aujourd’hui, face à une Amérique au racisme libéré et décomplexé, en témoignent ces paroles empruntées à Woodie Guthrie sur le titre éponyme : « Nigga run. Nigga run. Go back where you come. Fuck you, I’m america’s son, this is were I come from, this land is mine »*

Un CD à emprunter d’urgence, Gary Clark Jr a un immense talent.

*Cours négro, cours. Retournes d’où tu viens. F*****, je suis un enfant d’Amérique, je viens de là, ce pays est le mien »

Retour Haut